Idées et créations de livres


 
AccueilRechercherGroupesMembresFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brouillon

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Brouillon   Jeu 4 Jan 2007 - 17:06

Voici le brouillon du debut de mon premier texte ... tout remarque constructives est la bienvenue ...



Torturé intérieurement…


Je me levais à l’aube ce jour là…
Et comme d’habitude les cheveux tous ébouriffé, ainsi que les yeux presque fermés.
Je sortis de ma chambre qui était une pièce de taille moyenne, avec un bureau sur lequel était posé un simple porte bique et un cahier jaune flash.
Il y avait aussi un lit dans la pièce.
J’arrivai au bord des escaliers, je descendit, tel un éléphant, tellement les planches craquaient.
Arrivai à la cuisine …
Je m’assis sur une chaise en bois, assez vieux …
Je contemplai les murs qui était jaune comme le plumage d’un canari, c’était ma couleur préférée…
Mais le tapis vert tel la feuille en été, faisait cloche avec les murs …
-Mon chéri, tu es levé ?
Je sursautai lorsque maman parlais, je ne m’y attendais pas, d’habitude elle est toujours au travail, de garagiste.
-Oui je suis levé, mais je vais devoir aller au collège…
Pourvu qu’elle ne descende pas, vite, je dois vite manger, pensai-je.
J’engloutis à toutes vitesse, mon œuf et ma tartine avant de m’exclamer : « J’ai fini man. »
Je pris mon sac, couru vers la porte et sortis…
A partir d’ici, je peux me reposer …
Enfaîte, le bus n’arrive que dans un quart d’heure.
J’ai du attendre six minutes avant que le bus arrive…
Il y avait une grande file, mais bon c’était l’heure de pointe.
Je remarquait un jeune garçon que je devinai surexcité, enfin a ce moment la une jeune fille blondes, passait, je croyais être le seul a la regarder, mais tous les autre garçon avais la langue qui pendouillait, elle ne faisais pas attention à nous …
Entré dans le train, je m’assieds tout au début car j’aime voir monter les jolies passagères …
Il faut dire que ma mère m’ennuyait beaucoup avec les histoires de petit copine, elle dit que c’est l’âge !
Le bus démarra, maintenant que mon passe temps, était interrompu …
Je m’installa tout au fond de mon siège, on en avait pour une bonne demi heure de route.
Généralement je pensai à plein de souvenir …
Ici , je me demandais pourquoi m’avoir appelé Joe Colfer , après mainte hésitation, je pensais que c’était a cause du père de mon père, c’était sa dernière volonté.
Après avoir résolu ce petit mystère, je repensais à cette étudiant surexcité.
Je regardais au fond du bus, et je le voyais plus clairement cette fois la, il avait les yeux bleus, les cheveux roux, il était petit et enfin il tenait un papier, qui emballait quelque chose …
Son regard espiègle guettait le bus …
On aurait dit qu’il avait peur de quelque chose…
Boum !!!
Un choc passait a travers le bus.
Boum !!!
Un nouveau bruit retenti, suivit de cris de passager…
Boum !!!
Je roulais vers l’intérieur du bus…
A ce moment plus un bruit ne perturbai mes tympans.
Je me relevais, et aperçu tous les autres passagers, ils étaient figés !
Sauf un qui se débattait, il était au fond, et c’était le jeune garçon !


Il était au pris avec des monstres visqueux comme de la gélatine, il était violet, avec
des dizaine d’yeux qui eux était rouge foncé…
Leurs tentacules multidirectionnel essayaient d’atteindre le lycéen.
Il criait de toutes ses forces, pour essayer d’appeler au secours.
Puis il m’aperçut, il cria : « Cours, cours » mais il me lancés d’abord l’emballage qu’il tenait.
Je ramassai l’emballage puis couru hors du car, couru vers le collège couru vers la foret de Tarcrazy, je couru a travers des arbres, il faisait sombre , une odeur m’interpellait a chaque fois que je faisais un pas, c’était un odeur de cadavre.
J’arrivais dans un sentier parsemé de pierre, il venait de pleuvoir se qui n’arrangeaient pas le travail, je failli glisser a maintes reprise, puis évidement mon sens de l’équilibre fut désorienté par une chouette hulotte, je glissai en arrière.
Je lâchais l’emballage sous le coup laissant apparaître une pierre en schiste sur laquelle était dessiné un symbole.
Après m’être relevé, je distingua plus clairement le symbole…
C’était un œil posé entre trois lignes parallèles !
A peine l’ai-je aperçu qu’une brume violette tourniquait dans ma direction avant d’entre par ma bouche avec une violence extrême…
Je volai à quelques centimètres du sol, je sentis une âme essayer de prendre le contrôle de mon âme, mais je lutais psychologiquement, mais en vain, il réussi à prendre la possession de mon corps …
Puis d’un coup je retombais au sol , petit a petit je commençais à me métamorphoser, mes oreille commençais a grandir comme celle d’un renard, mes ongles poussèrent tels des griffes, ma vue devenait de plus en plus perçante semblable a celle d’un aigle, mes poils poussèrent, c’était la même tailles qu’une fourrure, cette fourrure était blanche et rouge…
Je sentais la rage montée en moi, l’écume commençait a tomber a terre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcyss

avatar

Nombre de messages : 112
Age : 27
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Jeu 4 Jan 2007 - 22:20

C'est fait exprès le style ultramaladroit?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 8:01

C'est un brouillon, ce n'est pas mon texte definitif,donc il y a beaucoup de maladresse a cause de sa et aussi car , c'est mon premier texte, si tu pouvait me dire quelle sont les plus grosse maladresse, se serait bien , pour que je les corrige Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ocelot

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 31
Date d'inscription : 15/08/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 13:54

Les plus grosses maladresses, selon moi :
Citation :
Il y avait aussi un lit dans la pièce.

Sans blague ? Tu viens de dire que c'est une chambre.

Citation :
Je m’assis sur une chaise en bois, assez vieux
Une "chaise en bois " ça fait réplique du donjon de Naheulbeuk. Et pourquoi préciser que le bois est "assez vieux"?


Citation :
d’habitude elle est toujours au travail, de garagiste.
C'est pas très français tout ça. "Ma mère passe beaucoup de temps à son travail. Elle est garagiste." C'est déjà mieux, non ?


Citation :
Je pris mon sac, couru vers la porte et sortis…
A partir d’ici, je peux me reposer
Pourquoi changer de temps ?

[
Citation :
Je remarquait un jeune garçon que je devinai surexcité, enfin a ce moment la une jeune fille blondes, passait, je croyais être le seul a la regarder, mais tous les autre garçon avais la langue qui pendouillait, elle ne faisais pas attention à nous …

Ourgh...


Citation :
Ici , je me demandais pourquoi m’avoir appelé Joe Colfer , après mainte hésitation, je pensais que c’était a cause du père de mon père, c’était sa dernière volonté.

Alors ça, c'était vachement clair. On a tout compris. Pense aux lecteurs, nous on ne connaît pas l'histoire...


Citation :
Son regard espiègle guettait le bus …
Il EST dans le bus, il ne peut pas le guetter...

Citation :
une pierre en schiste
C'est comme ta chaise en bois... Un schiste, c'est une roche, donc la pierre EST un schiste. Et comment Joe reconnaît-il un schiste du premier coup d'oeil ? Il fait des études de géologie ?


Allez, bon courage. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grosbill7

avatar

Nombre de messages : 254
Age : 39
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 15:11

Houlala...

J'ai tout lu, et un seul mot me vient: catastrophique.

Lis-tu régulièrement? Autre chose que tes livres de cours je veux dire...

Je vais te corriger certains trucs de ton texte, tout sera mis entre parenthèses:



Je me levais à l’aube ce jour là… (les trois quarts de tes phrases se terminent par trois petits points. Ca ne sert à rien, ça enlève de la force aux phrases, donc tu les remplaces par des points)
Et comme d’habitude les cheveux tous ébouriffé, ainsi que les yeux presque fermés. (les yeux mi-clos)
Je sortis de ma chambre qui était une pièce de taille moyenne, avec un bureau sur lequel était posé un simple porte bique et un cahier jaune flash.
Il y avait aussi un lit dans la pièce. (taille moyenne, ça veut rien dire ça, on n'a aucune notion de comparaison. Une bique, c'est un animal, un bic c'est un stylo bille. Jaune fluo, jaune intense... puis à moins que ça ne serve l'histoire, on s'en fout qu'il y ait un cahier sur le bureau. Bon, et sinon, tu connais des gens qui n'ont pas de lit dans leur chambre toi? ^^)
J’arrivai au bord des escaliers, je descendit, tel un éléphant, tellement les planches craquaient. (On se doute que pour descendre les escaliers t'as d'abord du arriver au bord, dis tout de suite que tu es descendu d'un étage, et on ne descend pas tel un elephant parce que les planches craquent, on peut descendre tel un éléphant, et les planches peuvent craquer)
Arrivai à la cuisine … (quoi "arrivai à la cuisine"? Tu changes de temps dans pratiquement toutes tes phrases. Arrivée à la cuisine, ou que sais-je)
Je m’assis sur une chaise en bois, assez vieux … (Je m'assis sur une chaise en vieux bois, c'est déjà plus français. Mais on s'en fout de la chaise)
Je contemplai les murs qui était jaune comme le plumage d’un canari, c’était ma couleur préférée…
Mais le tapis vert tel la feuille en été, faisait cloche avec les murs … (faisait cloche n'est pas français, détonnait, discordait, puis ne répetes pas les "tel", le tapis vert feuille est suffisant)
-Mon chéri, tu es levé ? (elle est où sa mère?)
Je sursautai lorsque maman parlais, je ne m’y attendais pas, d’habitude elle est toujours au travail, de garagiste. (oublie le verbe "parler" pour décrire un dialogue, sa mère l'a interpellé, l'a questionné, l'a appellé, n'importe quoi, mais pas parler. Elle est au travail de garagiste? D'habitude elle est toujours au garage pour son travail, c'est déjà mieux)
-Oui je suis levé, mais je vais devoir aller au collège… (elle le sait ça, sa mère)
Pourvu qu’elle ne descende pas, vite, je dois vite manger, pensai-je. (vite je dois vite... répétition. On se doute bien qu'il l'a pensé cette phrase, mets la entre tirets ou entre guillemets)
J’engloutis à toutes vitesse, mon œuf et ma tartine avant de m’exclamer : « J’ai fini man. » (viennent d'où l'oeuf et la tartine? Apparus mysterieusement sur la table? "man" c'est "homme" en anglais, "m'man" c'est l'abréviation de "maman")
Je pris mon sac, couru vers la porte et sortis… (arrête avec les trois petits points, par pitié :s)
A partir d’ici, je peux me reposer …
Enfaîte, le bus n’arrive que dans un quart d’heure.
J’ai du attendre six minutes avant que le bus arrive… (le bus arrive dans un quart d'heure, mais il est arrivé six minutes après? faut expliquer ça)
Il y avait une grande file, mais bon c’était l’heure de pointe. (dis qu'il y a de la foule, là on le croit tout seul, décris ce qui l'entoure)
Je remarquait un jeune garçon que je devinai surexcité, enfin a ce moment la une jeune fille blondes, passait, je croyais être le seul a la regarder, mais tous les autre garçon avais la langue qui pendouillait, elle ne faisais pas attention à nous … (ta phrase fait 3km. Mets des points, laisse le lecteur respirer. Elle nous toisait, c'est déjà plus français lol)
Entré dans le train, je m’assieds tout au début car j’aime voir monter les jolies passagères … (dans le train? Quel train? C'était un bus non? Est-ce que ton histoire est au moins clair dans ta tête??)
Il faut dire que ma mère m’ennuyait beaucoup avec les histoires de petit copine, elle dit que c’est l’âge ! (encore tes temps qui partent dans tous les sens, tu mélanges le passé simple, l'imparfait et le présent sans aucune logique)
Le bus démarra, maintenant que mon passe temps, était interrompu … (quel passe temps?)
Je m’installa tout au fond de mon siège, on en avait pour une bonne demi heure de route. (tu expliques les choses trop platement, tu peux par exemple dire "je m'installa tout au fond de mon siège, me préparant à la demi-heure de route nécessaire à mon arrivée au collège". C'est déjà un peu plus correct littérairement parlant)
Généralement je pensai à plein de souvenir … (généralement, ne nous interesse pas, on préfère savoir ce qu'il fait à cet instant)
Ici , je me demandais pourquoi m’avoir appelé Joe Colfer , après mainte hésitation, je pensais que c’était a cause du père de mon père, c’était sa dernière volonté. (Atta, tu vas pas me dire que ce garçon oublie pourquoi il porte ce nom? C'est pas le genre de truc que t'oublie. Le père de son père? Son grand-père paternel quoi. "C'était la dernière volonté de mon grand-père paternel" est déjà plus correct)
Après avoir résolu ce petit mystère, je repensais à cette étudiant surexcité.
Je regardais au fond du bus, et je le voyais plus clairement cette fois la, il avait les yeux bleus, les cheveux roux, il était petit et enfin il tenait un papier, qui emballait quelque chose … (les cheveux roux? il était roux quoi. Il tenait quelque chose emballé dans du papier, et non l'inverse lol)
Son regard espiègle guettait le bus … (guetter? On guette depuis l'extérieur, là il ne guette pas.)
On aurait dit qu’il avait peur de quelque chose… (Tu peux mettre les deux phrases en une "J'avais l'impression qu'il n'était pas surexité, mais apeuré. En effet il jettait des regards furtifs dans tout le bus" est déjà un peu mieux)
Boum !!!
Un choc passait a travers le bus.
Boum !!!
Un nouveau bruit retenti, suivit de cris de passager… (La première fois, tout le monde s'en fout?)
Boum !!!
Je roulais vers l’intérieur du bus… (Vers l'intérieur du bus?? Mais s'il est dans le bus, comment rouler autrement? Vers le centre du bus?)
A ce moment plus un bruit ne perturbai mes tympans. (Heu... dis plutot que la détonation l'a assourdi)
Je me relevais, et aperçu tous les autres passagers, ils étaient figés ! ("et me rendis compte que tous les autres passagers étaient figés sauf le jeune garçon qui se débattait car il était aux prises avec des monstres blablabla")
Sauf un qui se débattait, il était au fond, et c’était le jeune garçon !


Il était au pris avec des monstres visqueux comme de la gélatine, il était violet, avec
des dizaine d’yeux qui eux était rouge foncé…
Leurs tentacules multidirectionnel essayaient d’atteindre le lycéen.
Il criait de toutes ses forces, pour essayer d’appeler au secours.
Puis il m’aperçut, il cria : « Cours, cours » mais il me lancés d’abord l’emballage qu’il tenait. (D'abord il crie à l'aide, et enfin quand il voit quelqu'un susceptible de la lui apporter, il lui dit de partir? Pas logique)
Je ramassai l’emballage puis couru hors du car, (le car? C'était pas un bus?) couru vers le collège couru vers la foret de Tarcrazy, je couru a travers des arbres, il faisait sombre , une odeur m’interpellait a chaque fois que je faisais un pas, c’était un odeur de cadavre. (Oui, on sait qu'il court, pas besoin de le répéter comme ça. L'odeur t'interpelle? lol change de verbe)
J’arrivais dans un sentier parsemé de pierre, il venait de pleuvoir se qui n’arrangeaient pas le travail, je failli glisser a maintes reprise, puis évidement mon sens de l’équilibre fut désorienté par une chouette hulotte, je glissai en arrière. (puis evidemment mon sens de l'équilibre fut désorienté par une chouette hulotte??? Pourquoi "evidemment?" C'est pas si évident que ça! Puis en quoi une chouette hulotte peut désorienter son équilibre?)
Je lâchais l’emballage sous le coup laissant apparaître une pierre en schiste sur laquelle était dessiné un symbole. (Une pierre en schiste? Une schiste tu veux dire, on ne dit pas un gazon en herbe ^^, puis heu... il a des notions de géologie pour savoir ça?)
Après m’être relevé, je distingua plus clairement le symbole…
C’était un œil posé entre trois lignes parallèles ! (Pas besoin de point d'exclamation, ça enlève de la force à ton texte, et ce n'est pas au narrateur de s'exclamer, mais aux personnages.)
A peine l’ai-je aperçu qu’une brume violette tourniquait dans ma direction avant d’entre par ma bouche avec une violence extrême… (Tourniquer?? Je ne suis même pas sûr que ce soit au dico ça... en tout cas, ce verbe ne va pas. Il n'essaye pas de fermer la bouche? Encore une fois, tu ne décris rien, on dirait que ton personnage ne pense pas, on dirait une farce théatrale, ton perso n'a pas de caractère, n'a pas de personalité, il ne fait que réagir à ce qu'il lui arrive)
Je volai à quelques centimètres du sol, je sentis une âme essayer de prendre le contrôle de mon âme, mais je lutais psychologiquement, mais en vain, il réussi à prendre la possession de mon corps … (Hum... Si tu veux que ce passage soit crédible, il a intérêt à gagner au moins une dizaine de lignes)
Puis d’un coup je retombais au sol , petit a petit je commençais à me métamorphoser, mes oreille commençais a grandir comme celle d’un renard, mes ongles poussèrent tels des griffes, ma vue devenait de plus en plus perçante semblable a celle d’un aigle, mes poils poussèrent, c’était la même tailles qu’une fourrure, cette fourrure était blanche et rouge…
Je sentais la rage montée en moi, l’écume commençait a tomber a terre … (Pareil que précédemment)


Je n'ai pas tout relevé, sinon j'aurai passé encore plus de temps. Si t'es motivé, t'as intérêt à retravailler ça avant de poster la suite. Puis LIS!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcyss

avatar

Nombre de messages : 112
Age : 27
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 15:23

C'est la fabuleuse histoire du bus qui se transforma en train avant de devenir un car.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 15:44

Merci , beaucoup a tous je vais prendre quelque jours avant de poster la suite , et l'histoire du bus qui devien train puis car c'est assez ouf de ma part , mais merci pour vos conseil , enfin critique ... je vais repasser dans 2 ou trois jour reposter le même texte mais retraivailler
Grosbils quand a mes phrase trop longue , j'en connais qui sont de l'avis contraire en disant justement que mes phrase sont trop courte
et au faite je lis beaucoup , mais j'ai un probleme pour m'exprimme , c'est pour cela que je lis beaucoup , pour voir comment retranscrir mes penssée sur un papier...


Vila le debut recoriggé...


Torturé intérieurement…


Je me levais à l’aube ce jour là.
Et comme d’habitude les cheveux tous ébouriffé, ainsi que les yeux mi-clos.
Je sortis de ma chambre, avec un bureau et les murs jaunes.
Je descendit un étage.
J’étais arrivé à la cuisine …
Je contemplai les murs qui étaient jaune comme le plumage d’un canari, c’était ma couleur préférée.
Mais le tapis vert feuille, faisait discordait avec les murs …
-Mon chéri, tu es levé ? s’exclama une voix qui venait de l’étage.
Je sursautai, d’habitude elle est au travail de garagiste.
-Oui je suis levé, mais je vais devoir aller au collège, c’est l’heure…
« Pourvu qu’elle ne descende pas, je dois vite mangé »
J’engloutis à toutes vitesse, l’œuf et la tartine qui était sur la table avant de m’exclamer : « J’ai fini m’man. »
Je pris mon sac, couru vers la porte et sortis.
A partir d’ici, je peux me reposer.
Enfaîte, le bus n’arrive que dans un quart d’heure.
L’arrêt de bus était remplis d’enfant, avec quelques parant ou adultes.
J’ai du attendre six minutes avant que le bus arrive car il était en avance…
Il y avait une grande foule, sûrement car c’est l’heure de pointe.
Je remarquait un jeune garçon que je devinai surexcité, enfin a ce moment la une jeune fille blondes, passait, je croyais être le seul a la regarder.
Mais tous les autre garçon avais la langue qui pendouillait, elle nous toisais.
Entré dans le bus, je m’assieds tout au début car j’aime voir monter les jolies passagères …
Il faut dire que ma mère m’ennuyait beaucoup avec les histoires de petit copine, elle disait que c’était l’âge !
Le bus démarra, maintenant, je ne pouvais plus regarder monté les jolies filles !
Je m'installai tout au fond de mon siège, me préparant à la demi-heure de route nécessaire à mon arrivée au collège.
Je me posais plein de questions sur mon passé.
Ici , je me demandais quelle est l’origine de mon nom : « Joe Colfer ».
Après mainte réflexion, et avec les indices que voici : la sonorité du mot, l’orthographe et le degrés d’utilisation.
J’ en arriva a conclure que mon prénom était anglais, et qu’il et fort utilisé…
Ca me dérangeais d’avoir un nom anglais !
Tout les autre avait des prénoms de nationalité lointaine, comme l’Afrique ou même l’Italie.
Alors que moi c’était un vulgaire nom anglais.
Et puis j’aurais vraiment préférer quelque chose comme, Bart ou Jeremy tant qu’a faire , si il me fallait vraiment un prénom anglais.
Après avoir résolu ce petit mystère, je repensais à cette étudiant surexcité.
Il m’avait vraiment paru, peureux, moi je suis courageux , pas costaud , ni vraiment beau , mais je suis assez caractériel et territorial, je ne supporte pas que l’on interviennent dans mon espace vitale.
Je regardais au fond du bus, et je le voyais plus clairement cette fois la, il avait les yeux bleus, ses cheveux était roux, il était petit et enfin il tenait un papier, qui emballait quelque chose …
Il était presque aussi beau que moi sans les boutons d’année que j’avais.
Je remarquai qu’il n’était pas surexcité , mais plutôt apeuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grosbill7

avatar

Nombre de messages : 254
Age : 39
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Ven 5 Jan 2007 - 17:21

C'est déjà mieux. Tu sais, tu n'écris pas un poème, tu ne dois pas revenir à la ligne à chaque point. Et n'aies pas peur de créer des paragraphes, d'aérer ton texte. Laisse une interligne entre les dialogues et les paragraphes aussi.

Prends l'habitude de te relire tout haut, et de t'imaginer la scène, c'est le meilleur moyen de débusquer certaines erreurs. Par exemple "Je sortis de ma chambre, avec un bureau et les murs jaunes." on dirait qu'il est sorti de sa chambre en emportant le bureau et les murs jaunes... Prends ton temps, ne sois pas trop rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Lun 8 Jan 2007 - 18:34

Voila la suite qui a mon avis est beaucoup mieu :


Boum !!!
Un choc passait a travers le bus, il était tellement fort que personne ne put crier.
Boum !!!
Un nouveau bruit retenti, il était moins fort que le premier, il était suivit de cris de passager…
Quand a moi j’avais très peur, j’était habitué la campagne, aux endroits calme et je déteste le changement, hors ce bruit me perturbait !
Boum !!!
Je sentais que mon corps basculait vers le centre du bus, j’essayai de me rattrapé au siège, mais mes main glissait, car elle était trempé a cause de la pluie.
Je me relevais, et aperçu tous les autres passagers, ils étaient figés !
J’étais moi même affolé, voir ces gens fixe, peut-être était-ce de peut ? Je n’en sais rien…
Je regardai lu bus à la recherche de quelque chose qui semblait vivant !

***

Il était au prise avec des monstres visqueux comme de la gélatine, il était violet, avec
des dizaine d’yeux qui eux était rouge foncé…
Leurs tentacules multidirectionnel essayaient d’atteindre le lycéen.
Je pense qu’il m’avait aperçu , car un des monstre commençait a s’écarter du jeune homme
Pour arriver dans ma direction.
Je voulais l’aider , mais comment faire face as de tel monstre qui ressemblait a mes pire
Cauchemar, je n’avais aucune puissance ni supériorité.
Il criait de toutes ses forces, pour essayer d’alerter un adulte.
Puis il m’aperçut, il cria : « Cours, cours, sauf toi et appelle un adulte , il seras quoi faire ,
Mais attrape sa » il m’avait lance l’emballage qu’il tenait.
Je ramassai l’emballage puis couru hors du bus, couru vers le collège couru vers la foret de Tarcrazy, il faisait sombre, une odeur me choquait a chaque fois que je faisais un pas, c’était un odeur de cadavre.
J’arrivais dans un sentier parsemé de pierre, il venait de pleuvoir se qui n’arrangeaient pas le travail, je failli glisser a maintes reprise, mais un caillou couvert de mousse me fit m’envolé en arrière.
Je lâchais l’emballage, sur le coup le papier était déballer laissant apparaître une pierre sur laquelle était dessiné un symbole.
Après m’être relevé, je distingua plus clairement le symbole…
C’était un œil posé entre trois lignes parallèles.
A peine l’ai-je aperçu qu’une brume violette tournait dans ma direction avant de tenter d’entrer par ma bouche, je voulu la fermer évidement mais ma bouche restait caler je ne sais pas pourquoi, on aurait dit un tours de magie.
Ca faisait bizarre de voit foncer une brume violette devant soit , a peine eu-je cette pensée que elle entra violemment par ma bouche !
Dès quelle fut entré , je me sentais tous bizarre, ma gorge était toute sèche, j’avais mal a la tête, j’avais des maux de ventre, puis les mal de tête s’accentuai, a telle point que je devait mettre mes mais sur mon front , pour calmer la douleur !
J’avais l’impression de me surélever, pourtant c’était impossible, je ne voulait pas vérifier , j’avais trop mal, ça devenait insupportable, je sentais comme si quelque chose transperçait ma tête en emportant tout sur son passage !
Je volai à quelques centimètres du sol, je le savais car le mal de tête s’était affaiblit et que j’avais regardé mes pieds…
Je ne me rendait pas conte de tous ses évènement, ça me surpassait, je ne pouvait rien faire , si je pensais a quelque chose l’autre submergeait aussitôt !
Je ressentais petit à petit une âme tentant de s’emparer de mon esprit, je revoyais toutes ma vie de ma tendre enfance jusqu a maintenant défiler devant moi, ensuite mon cerveau envoyait des ordre sans que je le veuillent, il me faisait bouger dans tous les sens, mon corps ne répondais plus a mon cerveau …
J’avais lutté psychologiquement, mais en vain, il réussi à prendre la possession de mon esprit !
Je n’avait plus de contrôle sur ce que je faisait !
Puis d’un coup je retombais au sol, petit a petit je commençais à me métamorphoser, mes oreille commençais a grandir comme celle d’un renard, mes ongles poussèrent tels des griffes, ma vue devenait de plus en plus perçante semblable a celle d’un aigle, mes poils poussèrent, c’était la même tailles qu’une fourrure, cette fourrure était blanche et rouge, je sentais mes muscles grossir, mes dents poussèrent comme les croc d’un loup, mes bras tombèrent au sol de façon à ce que je me retrouve a quatre pattes, je sentais le sang devenir un goût pour moi , je devenait un créatures horrible et qui avait envie de tuer !
Je sentais la rage montée en moi, l’écume commençait à tomber à terre, j’avais l’impression d’être invincible, tellement la puissance montait en moi, on aurait dit que j’étais former pour tuer, que personne ne serait me contrôler …
Je poussai un rugissement avant de foncé vers une grotte, arrivé à l’intérieur, j’avais remarqué qu’elle était dépourvue de stalactite, qu’il y faisait plutôt chaud, et sec…
Je continuai vers le fond de la grotte, jusqu a ce que je sois arrivé à l’intérieur d’une pièce ronde, ici il faisait très froid mais ma fourrure me protégeait.
Pendant un moment je tournai en rond, cherchant une entrée quelconque !
Je sentais mon corps souffrir, c’était comme s’il était séparé en deux, une partie qui souffrait et l’autre qui était en rage…
Mais la partie en rage avait plus de puissance par rapport à celle qui souffrait, c’était elle qui contrôlait, elle me poussait a tourner en rond, elle voulait trouver une sortie ou alors une entrée.


***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Mer 10 Jan 2007 - 12:55

Croc, c’était le bruit qui avait retentit après quelque tours, c’était une enveloppé de chauve-souris qui sortait de la pièce ronde, j’ai horriblement peur des chauves-souris, pourtant ici, je ne m’enfuyais pas, c’était quelqu'un d’autre qui contrôlait tous, ce que je pouvais faire, c’était penser, mais pas agir !
La tache noir, laissait apparaître le symbole mystérieux, d’un coup violent mon corps relevait la tête pour l’apercevoir, cette fois ci il poussa un hurlement continu, il était plutôt aigu, on aurait dit un langage.
Une fois le hurlement terminé, les trois lignes parallèle commençait a s’écarter les une des autres l’œil à rétrécir.
Tendis que la pupille commençait à briller de plus en plus fort.
Les trois lignes commençaient à s’établir autour de la pupille comme pour faire un triangle…
Puis jaillit une lumière aveuglante, on ne voyait absolument rien, toutes la pièce était éclairé de cette façon, de n’importe quelle point de celle ci on ne pouvait rien voir…
Pourtant mon visage ne crispait pas, il restait sans émotions !
Puis je ressentit de nouveau la sensation de me surélever, mais je ne pouvais vérifier.
Je me sentais aspirer. La lumière s’affaiblissait de plus en plus, jusqu'à ce que nous puissions voir clairement !
Mais la seul chose que je voyais, c’était une étrange substance jaunâtre, j’étais entouré de cette chose, c’était visqueux et élastique.
Cette substance se resserrait de plus en plus autour de moi, au point quelle me faisait étreinte…
J’étais projeter dans un puit qui semblait sans fond, je tournai sur moi même, j’étais affolé, c’était vraiment étrange, tous ces évènement, ça devait être un cauchemar, mais non c’étais la réalité !!!
Je me demandais ou j’allais atterrir « sûrement dans un endroit magique avec des petites fées et des petit lutin ainsi qu’un prince charmant qui réveille la princesse »
Quelque instant après avoir eu cette pensée , je commençais a me sentir bien , comme quand le soleil rayonne sur ta peau , comme quand le vent souffle entre les arbres provoquant une symphonie agréable, le bonheur était semblable a ce que l’on te caressait la joue, comme quand tu t’enlacent dans les bras de ta mère, comme quand la paix règnes dans tous les pays du monde.
Cela me faisait cet effet la…
Boum !!!
Ce moment était passer plus vite que prévus…
J’étais arrivé sur un sol carreler de carrelage noir, les murs d’un bleu tel la nuit venant de tomber, des cranes flottait dans la pièce, entre les orbites, une faible lueur persistait, ce qui pouvait se confondre avec un lampe, quoique que cela soit plus morbide !
Au murs des tableaux y était accrochés tous représentant des sorte de monstres, des loup-garou ou des sorcière…
J’étais au beau milieu de cette pièce, qui était dépourvue de meubles…
- Approche, Sa majesté vous attend venait de s’exclamer une voix de nulle part.
A quatre pattes je m’élançais en direction d’un grand hall…
Dont au bout se trouvait une porte qui était gardée par deux aigles armée d’hallebarde, d’une ceinture contenant quelques poignards, ainsi que des sers pourvue de picots , ce qui les rendais encore plus tranchante qu’au départ !
« Entre, créature, entre Sa majesté va te torturer, Sa majesté va te tuer , Sa majesté va te montrer sa cruauté ! »
Les aigles s’écartèrent de la porte, elle s’ouvrit doucement…
Une brillance me frappait, elle était provoquer par des rubis rouge posté en forme de siège.
Les crane qui flottait dans l’air avait la taille d’un humain tout entier, des Os traînait dans toutes la pièce, des tableaux était disposé sur tout les mur a la même distance l’un de l’autre , il représentait tous des trolls ou des géants.
Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elouva

avatar

Nombre de messages : 1515
Age : 26
Localisation : Sur la moto.
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Mer 10 Jan 2007 - 14:51

Tu connais déjà mon avis... Sinon évite les changement de temps (enfin tu en faisait surtout au début) et les répétition (idem)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Mer 10 Jan 2007 - 15:01

EDIT :
Désole j'ai cliquer 2 dois sur le bouton envoyer , si l'on pouvait le suprimmer...


Dernière édition par le Jeu 11 Jan 2007 - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Jeu 11 Jan 2007 - 16:43

c’était le cri strident qui venait de surgir, il était suivi de plusieurs coups de vent puissant.
Une chimère violette, a trois têtes volait en direction du tas de rubis, je ne pouvais pas bien l’apercevoir…
Elle se posait, sur son trône, a partir de cette instant, je pouvait mieux le voir , il avais le corps parsemé d’écaille, il avait au bout des ses pattes des griffes noir et de la taille de ma main, il était énorme !

***


Cette créature m’impressionnait on aurait dit un arsenal rien qu’a elle seul, j’avais l’impression que si elle voulait elle m’expédiera d’un coup de griffes, a une centaine de mettre si tu n’étais pas mort en vol.
-Humain serais-tu prêt a tuer quelqu'un ?
Je sursautais quand elle commença a parler, c’était la voix que j’avais entendue avant,
Elle repris en augmentant le ton de sa voix : « On me prénomme Falshir, et je suis un fidèle serviteur de Azraoth !
J’étais étonné, ce nom me disait quelque chose, j’était bouche-bée, j’avais peur , je savais ce que voulait dire ce nom, mais ou l’avais-je vu , je ne le savais plus.
Les seul mot que mes corde vocale puissent faire sortir sont : « Euh… Pour quelle raison… Le ferais-je ? euhhh »
Je n’étais pas sur de ce que je devais faire.
-Car sinon tu mourras brûlé dans une tour, en bois, comme sa tes cendres pourront venir remplir ma collection !
Tu as intérêt a le faire, ou alors tu finiras dans un pot comme ton père
Ma réaction fut instantanée : «Mon père ? Que sais-tu de lui ? Que lui est t-il arrivés ?
-Ah Ah, bien des choses, de toutes façon si tu n’accepte pas tu l’auras retrouvé au paradis !
Je ne savais pas quoi répondre , la mort me tendait les bras, je sentais déjà l’âme armé d’une faux venir empoigner mon cœur en ne laissant que des souvenir incertain dans le cœur et dans l’esprit de ma famille qui feras mon deuil avant de se retrouver seul, sans homme, entres femme.
Jamais je n’avais pensé atterrir ici.
Jamais je n’avais penser sentir pour le première fois le dernier souffle d’un homme !
Jamais je n’avais penser avoir la tête remplis de songe et de remord.
Jamais je n’ai eu l’occasion de sentir un corps raide et dure comme de la pierre.
Je repensais a mes 5 ans , j’avais un proverbes que je récitais a tout bout de champs sans comprendre la vraie signification, tendis que maintenant ce la se présente en réalité , ce proverbe
était :
La mort.
Est quelque chose qui emplis de remord.
Le tueur.
Qui s’est enfui de peur !
Pourtant sa na ni queue ni tête !
Jamais je ne laisserais cette infériorité paraître, alors pour la masquer , je demandais des informations sur la vie de mon père…
-D’accord, mais tu ne seras pas seul comme sa aucun des te mouvement ne pourront être ignorer.
Je te la présente, elle s’appelle Orkio, comme toi elle a un pouvoir qui à été provoquer par l’appellation des signes d’Ortancia.
Maintenant j’ai envie de m’amuser, alors battez-vous le premier qui abandonnera devra signer le pacte d’appartenance, AH Ah !
Elle exécuta l’ordre, en moins de temps qu’il le fallait !














Chapitre 1
La connaissance


Petit à petit mes yeux recommençait a s’ouvrir, il faisait noir puis une énorme flamme passait devant moi, cela me réveilla.
Je relevais mon corps car j’étais couché sur …
Un frisson me parcouru lorsque je vis la silhouette d’un grand animal se dessiner devant le soleil. Rouge du bout du museau jusqu’à la dernière écaille de son imposante queue, la bête planait grâce à ses longues ailes semblables a celle d’un aigle royal.
Ses yeux vert fixait une même créature a quelque mètres de là.
« Halte posez-vous »
Je venait a peine de retrouver conscience que la bête plongea en piquer, je n’eu pas le temps de m’accrocher le vent cogna contre mon corps mis en forme d’écran, je traversait les nuages gris en fermant les yeux pour éviter de ‘en recevoir dedans, une fois le dragon avait traversé les nuages, j’aperçu un ciel dépourvu de nuage, bleu parsemé d’étoiles qui scintillait en laissant paraître un éclat que je trouvais joyeux, je suis passionné par l’astronomie…
Une rafale de vent surgit, ce qui me projeta en arrière le dragon continue sa route !
Cela alla si vite que je ne pu rien faire, j’entamais une chute fulgurante la pression du vent sur moi m’empêchait de bouger quelque que ce soit volontairement, je basculai en avant ou en arrière ce qui me faisait faire des saltos.
J’avais l’impression que la chute durait des heures pourtant elle ne durait que quelques secondes !
Je voyais approché le sol lentement, ça m’affolait, je croyais que j’allais mourir écrasé.
Je descendais moins vite que les dragons, je voyais une tache noir se posé au sol…
Je voyais aussi un village fait de petites maison avec le toit en chaume !
Ce voyage effarant allait se terminer sur ma mort.
Je regrettais déjà d’avoir franchis cette passe que je devinais était un monde parallèle.
Je n’étais plus qu’a quelque mètres du sol, je sentais déjà le vent s’affaiblir , je voyais déjà le silence rompu, l’exclamation des paysans lorsque mon corps sera découvert raide.
J’allais tomber mais une sorte de liquide noir s’arrêta juste au-dessous de moi.
Une fille se recomposa a base de ce liquide , j’allais tomber sur elle, je me demandais ce qu’elle faisait !
Elle s’écarta crachant une brume noir qui remplissait tout l’espace de ma vision…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Sam 13 Jan 2007 - 9:49

n'ayez pas peur d'être franc je me vexerai pas....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
p-b

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 25
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Sam 13 Jan 2007 - 15:35

désolé de te dire ça mais c'est apocalyptique (je sais meme pas si ça ce dit)
bon un point possitif tu as l'imagination c'est le plus important on va dire ...

Croc, c’était le bruit qui avait retentit après quelque tours, c’était une enveloppé de chauve-souris qui sortait de la pièce ronde,(euh elle veut dire quoi cette phrase ??je te propose : un bruit venait de retentir,c'était des chauves souris qui sortirent de la pièce a toute vitesse.) j’ai horriblement peur des chauves-souris, pourtant ici, je ne m’enfuyais pas, c’était quelqu'un d’autre qui contrôlait tous, ce que je pouvais faire, c’était penser, mais pas agir !(argh plutot : d'habitude je me serais enfui mais là je ne controllais plus mon corps tout ce que je pouvais faire était de penser et réflechir a la situation s'il ne peut QUE penser logiquement il ne peut pas agir)
La tache noir,(laquelle il l'a deja vue ??: UNE tache noire) laissait apparaître le symbole mystérieux,(pareil quel symbole jamais entendu parler moi UN symbole on ne sait pas lequel) d’un coup violent mon corps relevait la tête pour l’apercevoir(argh je meurt !! d'un coup je relevait la tete et pas pour le voir parce que tu l'as déja vu si tu nous en parle avant), cette fois ci il poussa un hurlement continu,(SoS : ET je poussais un cri déchirant continu ça le fait pas trop si tu mets déchirant tu peu enlever qu'il est aigu>) il était plutôt aigu, on aurait dit un langage.(la tu enchaine avec : c'était comme une langue animale)
Une fois le hurlement terminé, les trois lignes parallèle commençait a s’écarter les une des autres l’œil à rétrécir.(euh quel oeuil ?? : lorsque je m'arretais d'hurler, trois des lignes du symbole s'écartèrent pour former un oeil.)
Tendis que la pupille commençait à briller de plus en plus fort.
Les trois lignes commençaient à s’établir autour de la pupille comme pour faire un triangle…(Tandis que ce qui ressemblait a une pupille se mit a briller,les trois lignes formèrent un triangle tout autour)
Puis jaillit une lumière aveuglante, on ne voyait absolument rien, toutes la pièce était éclairé de cette façon, de n’importe quelle point de celle ci on ne pouvait rien voir…( tension cardiaque = 0 : soudain jaillit une lumière aveuglante pas la peine de dire que l'on ne peut plus rien voir si elle est aveuglante .)
Pourtant mon visage ne crispait pas, il restait sans émotions !(malgré le vif éclat mon visage restait stoïque)
Puis je ressentit de nouveau la sensation de me surélever, mais je ne pouvais vérifier.(soudain je me senti m'élever dans les airs)
Je me sentais aspirer. La lumière s’affaiblissait de plus en plus, jusqu'à ce que nous puissions voir clairement !(quelque chose m'aspirat, la lumière s'affaiblit jusqu'a ce que je ne puis plus rien voir)
Mais la seul chose que je voyais, c’était une étrange substance jaunâtre, j’étais entouré de cette chose, c’était visqueux et élastique.(malgré tout j'entraperçevais une substance jaunatre visqueuse et élastique qui m'étraignait)
Cette substance se resserrait de plus en plus autour de moi, au point quelle me faisait étreinte…(si tu mets etraignait a la phrace précédente ne le redit pas k ?)
J’étais projeter dans un puit qui semblait sans fond, je tournai sur moi même, j’étais affolé, c’était vraiment étrange, tous ces évènement, ça devait être un cauchemar, mais non c’étais la réalité !!!(je suis désolé madame il est passé de l'autre coté argh !!! c'est quoi cete phrase: Soudain je fus projeté dans un puis sans fond j'était affolé tous ces évenements était ce un cauchemar ? et pourtant non c'était bien réel)
Je me demandais ou j’allais atterrir « sûrement dans un endroit magique avec des petites fées et des petit lutin ainsi qu’un prince charmant qui réveille la princesse » (dies irae mais qu'est ce qu'elle vient foutre la cette phrase le mec il nage en plein cauchemar et il pense aux lutins et aux fées)
Quelque instant après avoir eu cette pensée (nous sommes d'accord il n'a pas eu et n'aura jamais cette pensée), je commençais a me sentir bien (comment il fait il m'explique), comme quand le soleil rayonne sur ta peau , comme quand le vent souffle entre les arbres provoquant une symphonie agréable, le bonheur était semblable a ce que l’on te caressait la joue, comme quand tu t’enlacent dans les bras de ta mère, comme quand la paix règnes dans tous les pays du monde.
Cela me faisait cet effet la…(non enleve ça c'est trop bizzar sinon met plutot : j'avais peur j'aurait voulu crier mais je ne le pouvait pas un étaut se resserait inextorablement autour de moi je pensais perdre tout éspoirs de revoir un jour ma mère)
Boum !!!
Ce moment était passer plus vite que prévus…(oula :d'un coup je heurtais le sol mettant fin a mes sombres pensées )J’étais arrivé sur un sol carreler de carrelage noir, (argh je suis mort mais j'agonise encore mets plutot : toute la pièce etait carlée de noir )les murs d’un bleu tel la nuit venant de tomber, des cranes flottait dans la pièce, entre les orbites, une faible lueur persistait, ce qui pouvait se confondre avec un lampe, quoique que cela soit plus morbide !(les murs rappelaient la nuit tombée mais une nuit froide sans lune, dans la pièce des cranes flottaient et la faible lueur d'une bougie émmanait de leurs orbites)
Au murs des tableaux y était accrochés tous représentant des sorte de monstres, des loup-garou ou des sorcière…(aux murs étaient déssinées [tu vois des tableaux aux murs dans une pièce morbide avec des cranes qui flottent ?]des représentations de loups-garous de sorcières et d'autres créatures maléfiques)
J’étais au beau milieu de cette pièce, qui était dépourvue de meubles…(ne met pas cette phrase ou met la avant la description ok ? et dépourvue de meuble ça va dans la description pas après)
- Approche, Sa majesté vous attend venait de s’exclamer une voix de nulle part.(approche ! sa majesté [t'attend ou attend] sa le fait bien aussi...si la voix lui donne un ordre a la 2 eme pers elle va pas le vouvoyer après sinon elle doit le vouvoyer tout le temps)
A quatre pattes je m’élançais en direction d’un grand hall…(là sa va mais j'aurait plutot mis du grand hall je trouve sa mieux cela dit tu fais comme tu le sens)
Dont au bout se trouvait une porte qui était gardée par deux aigles armée d’hallebarde,(euh plutot : a l'autre bout du hall se trouvait une porte gardée par deux statues d'aigles géant [et surtout pas armés pke sinon il la tienne avec leur bec la hallebarde]donc pas de ceinture non plus >) d’une ceinture contenant quelques poignards, ainsi que des sers pourvue de picots , ce qui les rendais encore plus tranchante qu’au départ !(bon t'enleve tout ça comme expliqué avant)
« Entre, créature, entre Sa majesté va te torturer, Sa majesté va te tuer , Sa majesté va te montrer sa cruauté ! »(m'oui pourquoi pas mais avant de balancer les parole dit : la voix repris d'une voix cruelle : ...)
Les aigles s’écartèrent de la porte, elle s’ouvrit doucement…(les statues s'écartèrent doucement et la porte s'ouvrit)
Une brillance me frappait, elle était provoquer par des rubis rouge posté en forme de siège.(Un vif éclat me frappa soudain il provenait d'une sorte de trone entierement fait de rubis : quand c'est fait de rubis c'est plus un trone q'un siege)
Les crane qui flottait dans l’air avait la taille d’un humain tout entier, des Os traînait dans toutes la pièce, des tableaux était disposé sur tout les mur a la même distance l’un de l’autre , il représentait tous des trolls ou des géants.(bon là ok a part les tableaux et les fautes d'orthographes)
(Soudain un cri déchirant ce fit entendre.)


bon voila la suite demain si j'ai le temps bon courage
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moltes

avatar

Nombre de messages : 37
Age : 31
Localisation : annecy
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Sam 13 Jan 2007 - 16:37

a par les fautes de francais, d'orthographe, de frappe, de style, de sens, de verbe, ...

l'histoire est plutot bien.

en fait il suffit de corriger tout ce qui va pas, et ca devient plus potable.

on va dire que c'est du a son age et eu fait que ce soit son premier ecris Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blackdragoon.fr.tc
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 8:58

Alors, merci, PB merci mais il y deux trois fois ou au dirait sque tu as pas lu le debut par exemple le sympbole on en a déja parler il était sur le pierre...
Ou d'autre truc comme ca par exemple


Citation :
quelque chose m'aspirat, la lumière s'affaiblit jusqu'a ce que je ne puis plus rien voir)
euh si elle s'afdfaiblit je dois mieu voir non ?

Sinon pour l'orthographe, pour le moment je m'en ***** d'abord l'histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
p-b

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 25
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 11:58

euh j'ai relu l'histoire et j'ai pas trouver ou tu parle de la pierre
et pour la lumiere je n'avait pas bien compris dsl Embarassed

et puis c'est mon premier commentaire tu sais j'epere juste qu'il t'a été utile
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 13:16

Quand il se transfomr en monstre...
Et sinon tkt je suis pas d'acord su rcertain de tes commentaire mais c'est pas grave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
p-b

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 25
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 18:19

dit moi lesquels et explique stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 18:44

Croc, c’était le bruit qui avait retentit après quelque tours, c’était une enveloppé de chauve-souris qui sortait de la pièce ronde,(J'aime bien cette phrase moi.) j’ai horriblement peur des chauves-souris, pourtant ici, je ne m’enfuyais pas, c’était quelqu'un d’autre qui contrôlait tous, ce que je pouvais faire, c’était penser, mais pas agir !(argh plutot : d'habitude je me serais enfui mais là je ne controllais plus mon corps tout ce que je pouvais faire était de penser et réflechir a la situation s'il ne peut QUE penser logiquement il ne peut pas agir Oki pour sa)
La tache noir,(laquelle il l'a deja vue ??: UNE tache noire me suis mal exprimmer , je voulais dire l'envollée des chauves souris ...) laissait apparaître le symbole mystérieux,(Si au moment ou il va se transformer il y alme signe sur la pierre) d’un coup violent mon corps relevait la tête pour l’apercevoir(argh je meurt !! d'un coup je relevait la tete et pas pour le voir parce que tu l'as déja vu si tu nous en parle avant ouai oki), cette fois ci il poussa un hurlement continu,(SoS : ET je poussais un cri déchirant continu ça le fait pas trop si tu mets déchirant tu peu enlever qu'il est aigu> ouai mais je parle en disant il car je veut dire la partie qui agis ) il était plutôt aigu, on aurait dit un langage.(la tu enchaine avec : c'était comme une langue animale oki pour sa)
Une fois le hurlement terminé, les trois lignes parallèle commençait a s’écarter les une des autres l’œil à rétrécir.(euh quel oeuil ?? : lorsque je m'arretais d'hurler, trois des lignes du symbole s'écartèrent pour former un oeil. Alors l'oeil est sur la pierre et les trois ligne se posent autour , l'oeil est deja la)
Tendis que la pupille commençait à briller de plus en plus fort.
Les trois lignes commençaient à s’établir autour de la pupille comme pour faire un triangle…(Tandis que ce qui ressemblait a une pupille se mit a briller,les trois lignes formèrent un triangle tout autour oki )
Puis jaillit une lumière aveuglante, on ne voyait absolument rien, toutes la pièce était éclairé de cette façon, de n’importe quelle point de celle ci on ne pouvait rien voir…( tension cardiaque = 0 : soudain jaillit une lumière aveuglante pas la peine de dire que l'on ne peut plus rien voir si elle est aveuglante oki.)
Pourtant mon visage ne crispait pas, il restait sans émotions !(malgré le vif éclat mon visage restait stoïque hey j'ai pas un vocabulaire aussi étendu lol oki)
Puis je ressentit de nouveau la sensation de me surélever, mais je ne pouvais vérifier.(soudain je me senti m'élever dans les airs)mouai
Je me sentais aspirer. La lumière s’affaiblissait de plus en plus, jusqu'à ce que nous puissions voir clairement !(quelque chose m'aspirat, la lumière s'affaiblit jusqu'a ce que je ne puis plus rien voir euh si elle s'afaiblit il doit redenouveau voir)
Mais la seul chose que je voyais, c’était une étrange substance jaunâtre, j’étais entouré de cette chose, c’était visqueux et élastique.(malgré tout j'entraperçevais une substance jaunatre visqueuse et élastique qui m'étraignait oki )
Cette substance se resserrait de plus en plus autour de moi, au point quelle me faisait étreinte…(si tu mets etraignait a la phrace précédente ne le redit pas k ? oui)
J’étais projeter dans un puit qui semblait sans fond, je tournai sur moi même, j’étais affolé, c’était vraiment étrange, tous ces évènement, ça devait être un cauchemar, mais non c’étais la réalité !!!(je suis désolé madame il est passé de l'autre coté argh !!! c'est quoi cete phrase: Soudain je fus projeté dans un puis sans fond j'était affolé tous ces évenements était ce un cauchemar ? et pourtant non c'était bien réel)
Je me demandais ou j’allais atterrir « sûrement dans un endroit magique avec des petites fées et des petit lutin ainsi qu’un prince charmant qui réveille la princesse » (dies irae mais qu'est ce qu'elle vient foutre la cette phrase le mec il nage en plein cauchemar et il pense aux lutins et aux fées Ouai oublie de l'enlever ccette phrase )
Quelque instant après avoir eu cette pensée (nous sommes d'accord il n'a pas eu et n'aura jamais cette pensée oui), je commençais a me sentir bien (comment il fait il m'explique), comme quand le soleil rayonne sur ta peau , comme quand le vent souffle entre les arbres provoquant une symphonie agréable, le bonheur était semblable a ce que l’on te caressait la joue, comme quand tu t’enlacent dans les bras de ta mère, comme quand la paix règnes dans tous les pays du monde.
non enleve ça c'est trop bizzar sinon met plutot : j'avais peur j'aurait voulu crier mais je ne le pouvait pas un étaut se resserait non pas d'accord car si il a du bonheur , il ne souffre pas (inextorablement autour de moi je pensais perdre tout éspoirs de revoir un jour ma mère oki )
Boum !!!
Ce moment était passer plus vite que prévus…(oula :d'un coup je heurtais le sol mettant fin a mes sombres pensées )J’étais arrivé sur un sol carreler de carrelage noir, (argh je suis mort mais j'agonise encore mets plutot : toute la pièce etait carlée de noir )les murs d’un bleu tel la nuit venant de tomber, des cranes flottait dans la pièce, entre les orbites, une faible lueur persistait, ce qui pouvait se confondre avec un lampe, quoique que cela soit plus morbide !(les murs rappelaient la nuit tombée mais une nuit froide sans lune, dans la pièce des cranes flottaient et la faible lueur d'une bougie émmanait de leurs orbites)
Au murs des tableaux y était accrochés tous représentant des sorte de monstres, des loup-garou ou des sorcière…(aux murs étaient déssinées [tu vois des tableaux aux murs dans une pièce morbide avec des cranes qui flottent ?]des représentations de loups-garous de sorcières et d'autres créatures maléfiques)
J’étais au beau milieu de cette pièce, qui était dépourvue de meubles…(ne met pas cette phrase ou met la avant la description ok ? et dépourvue de meuble ça va dans la description pas après)
- Approche, Sa majesté vous attend venait de s’exclamer une voix de nulle part.(approche ! sa majesté [t'attend ou attend] sa le fait bien aussi...si la voix lui donne un ordre a la 2 eme pers elle va pas le vouvoyer après sinon elle doit le vouvoyer tout le temps)
A quatre pattes je m’élançais en direction d’un grand hall…(là sa va mais j'aurait plutot mis du grand hall je trouve sa mieux cela dit tu fais comme tu le sens)
Dont au bout se trouvait une porte qui était gardée par deux aigles armée d’hallebarde,(euh plutot : a l'autre bout du hall se trouvait une porte gardée par deux statues d'aigles géant [et surtout pas armés pke sinon il la tienne avec leur bec la hallebarde]donc pas de ceinture non plus >) d’une ceinture contenant quelques poignards, ainsi que des sers pourvue de picots , ce qui les rendais encore plus tranchante qu’au départ !(bon t'enleve tout ça comme expliqué avant)
« Entre, créature, entre Sa majesté va te torturer, Sa majesté va te tuer , Sa majesté va te montrer sa cruauté ! »(m'oui pourquoi pas mais avant de balancer les parole dit : la voix repris d'une voix cruelle : ...)
Les aigles s’écartèrent de la porte, elle s’ouvrit doucement…(les statues s'écartèrent doucement et la porte s'ouvrit)
Une brillance me frappait, elle était provoquer par des rubis rouge posté en forme de siège.(Un vif éclat me frappa soudain il provenait d'une sorte de trone entierement fait de rubis : quand c'est fait de rubis c'est plus un trone q'un siege)
Les crane qui flottait dans l’air avait la taille d’un humain tout entier, des Os traînait dans toutes la pièce, des tableaux était disposé sur tout les mur a la même distance l’un de l’autre , il représentait tous des trolls ou des géants.(bon là ok a part les tableaux et les fautes d'orthographes)
(Soudain un cri déchirant ce fit entendre.)

j'ai remis entre parzathès ce qui alalit pas et a la fin , mouai c'est quand meme moyen ( et désolé mais tu a pris la peine c'est déjà ca et merci pour ceux qui vont bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
p-b

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 25
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Dim 14 Jan 2007 - 19:55

ta interet a t'excuser lol non je dec t'excuse pas c'est plutot moi qui y suis aller un peu fort c'est moi qui m'excuse j'aurais pas été capable d'en faire un centieme et puis le tout c'est d'avoir l'imagination je pense (bien ke je ne sois pas pro ) que le reste vient en écrivant non ?
sinon t'es quand meme d'ac pr la majorité des comment puisque tu mets ok non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joecolfer

avatar

Nombre de messages : 73
Age : 25
Date d'inscription : 02/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Lun 15 Jan 2007 - 14:44

Oui mais j'ai pas tout dit ce qui me plaisait poas mais sa m'a aider pour certain et puis tu y est pas aller un poeu fort , tu a mis ce que tu pensais , et j'aime mon interpretation justement je veut faire originale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
p-b

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 25
Date d'inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: Brouillon   Lun 15 Jan 2007 - 16:44

t'as bien raison le tout de tt manières c'est que sa te plaise
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beaware



Nombre de messages : 28
Age : 36
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Brouillon   Lun 15 Jan 2007 - 22:08

hum... Je suis de l'avis de Grosbill7. Le style est tellement maladroit que j'en ai eu du mal à comprendre l'histoire. En plus de ça une écriture maladroite ne donne pas envie de lire un texte. On dirait parfois que tu ne comprends pas toi même ce que tu écris. Dur de te corriger sans reprendre à zéro l'intégralité du texte...
Je te cite quand même quelques passages :

Joecolfer a écrit:

J’arrivai au bord des escaliers, je descendit, tel un éléphant, tellement les planches craquaient.
Arrivai à la cuisine …

Pourquoi tu coupes les deux phrases? Arrivai à la cuisine n'est pas une phrase, il te manque le pronom personnel.

Je descendis les escaliers d'un pas si lourd que les planches craquaient. J'arrivai ensuite à la cuisine.

Joecolfer a écrit:

le tapis vert tel la feuille en été, faisait cloche avec les murs …

Alors là je ne comprends pas du tout le sens de ta phrase faisait cloche ne veut rien dire. Tu veux dire que le tapis contrastait trop avec les murs ?

Joecolfer a écrit:

je croyais être le seul a la regarder, mais tous les autre garçon avais la langue qui pendouillait, elle ne faisais pas attention à nous …

hum... l'image n'est pas très belle. On imagine une bande de pervers. En plus tu ne sépares pas tes phrases.

Je croyais être le seul à l'observer, mais je me rendis compte que tous les autres garçons faisaient de même. Malgré nos regards insistants, elle ne faisait pas attention à nous.

Joecolfer a écrit:

On aurait dit qu’il avait peur de quelque chose…
Boum !!!
Un choc passait a travers le bus.
Boum !!!
Un nouveau bruit retenti, suivit de cris de passager…
Boum !!!

Tu écris comme tu raconterais une histoire oralement. Ca ne fonctionne pas comme ça. Tu dois décrire le bruit et pas le représenter avec des onomatopées.

On aurait dit qu’il avait peur de quelque chose. Soudain, un bruit assoudissant effraya tous les passagers. Le bus avait reçu un choc. Quelques instants après, une seconde secousse ébranla le bus et les passagers crièrent.

Joecolfer a écrit:

J’arrivais dans un sentier parsemé de pierre, il venait de pleuvoir se qui n’arrangeaient pas le travail, je failli glisser a maintes reprise, puis évidement mon sens de l’équilibre fut désorienté par une chouette hulotte, je glissai en arrière.

La ponctuation ne va pas du tout et ta phrase est bancale.

J'arrivais dans un sentier parsemé de pierres que la pluie récente avait rendu peu praticable. J'avançais prudemment afin de ne pas glisser mais le hululement d'une chouette me surprit. Je tombai en arrière.

Joecolfer a écrit:

Je volai à quelques centimètres du sol, je sentis une âme essayer de prendre le contrôle de mon âme, mais je lutais psychologiquement, mais en vain, il réussi à prendre la possession de mon corps …

Attention aux répétitions, tu utilises deux fois le mot "âme" alors que tu pourrais dire : je sentis une âme essayer de prendre le contrôle de la mienne.

Pareil tu répètes "mais" deux fois et tu te trompes de pronom personnel en mettant "il" alors que au début tu nous parles d'une âme (qui est féminin) :
je sentis une âme essayer de prendre le contrôle de la mienne. Je luttais psychologiquement mais en vain. Elle réussit à prendre possession de mon corps.

Joecolfer a écrit:

mes oreille commençais a grandir comme celle d’un renard, mes ongles poussèrent tels des griffes, ma vue devenait de plus en plus perçante semblable a celle d’un aigle, mes poils poussèrent, c’était la même tailles qu’une fourrure, cette fourrure était blanche et rouge…
Je sentais la rage montée en moi, l’écume commençait a tomber a terre …

Encore une fois tu répètes les mêmes mots et la ponctuation est bancale.

Bon je pourrais prendre encore des tas d'exemples mais en gros les problèmes récurrents sont:

ponctuation :
Pourquoi utilises-tu presque toujours des virgules au lieu de séparer tes idées avec des points. Tu mets presque toujours des points de suspension en fin de phrase alors que un point suffit. Les points de suspension portent bien leur nom, ils servent à laisser en suspens un dialogue ou une description. Si tu les utilises à tout bout de champ l'effet n'est plus aussi fort.

aucune structuration du récit :
Apprend à faire des paragraphes pour aérer ton récit. Généralement, tu changes de paragraphes à l'arrivée d'un nouveau personnage dans l'action, un changement de lieu ou de temps ou un changement d'action ou d'idée.

répétition :
Evite de répéter plusieurs fois les mêmes mots dans une même phrase ou un même paragraphe. Trouve des synonymes ou alors reformule ta phrase.

syntaxe et tournures de phrases maladroites :
Là c'est dur de te conseiller, c'est plus un ressentis personnel. En tout cas, évite de t'exprimer à l'écrit comme tu t'exprimes à l'oral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brouillon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brouillon
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un brouillon dans la partie Ecrits
» brouillon (phil02)
» Brouillon de fiches d'unités (guerre de Trente Ans)
» [REQUETE] Appli pour gestion des SMS
» Recherche fanzine et webzine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Idées et créations de livres :: L'Atelier d'écriture :: Les brouillons-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit