Idées et créations de livres


 
AccueilRechercherGroupesMembresFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 atelier ecriture

Aller en bas 
AuteurMessage
sweetoon

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 35
Localisation : Aubagne (13)
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: atelier ecriture   Lun 8 Oct 2007 - 20:46

Bonjour
nouvelle ici je suis venue partager autour d'un verre ma première expérience en atelier d'écriture.
J'attends vos commentaires et notamment sur ce que vous pensez de mes textes... merci
Sweet


Ces quelques mots donc pour introduire un WE qui me tenait à coeur, consacré à un atelier d'écriture découverte. Multiple utilité pour moi : occuper mon temps libre, voir à quoi ça ressemblait et voir de quoi j'étais capable. Je dois dire que les deux premiers objectifs sont atteints, je suis un peu plus septique pour le dernier et n'ai pas l'impression d'avoir appris grand chose.

Pour les curieux voici le site internet qui m'a donné envie de participer à cet atelier : http://www.atelier-ecriture.net/

J'hésite à narrer toute mon expérience ou seulement à mettre le résultat en ligne... pour l'instant on va faire court, peut-être que je complèterai après. Notamment sur les différentes personnes qui y ont assisté. Je dirai simplement que nous étions un groupe de 8 femmes.

Dans un premier temps, une fois tout le monde arrivé, les présentations faites, le café servi et dégusté, on entame le vif du sujet.
Notre animatrice, Virginie Lou se présente, nous explique son parcours et comment elle en est arrivée à animer ce type d'atelier, en quoi ça consiste... puis bien évidemment nous demande à chacun de se présenter de dire son parcours, comment et pourquoi il est arrivé là. Ouf première étape se passe bien, sauf que je suis d'office cataloguée comme la Scientifique parmis une assemblée de littéraire... ce qui va se ressentir dès mon premier texte.
Une fois cette épreuve passée, Virginie nous lit un court texte de je ne sais plus qui racontant sa vie dans je ne sais plus quel roman (tout le WE fut assez tortureux à ce niveau, je dois être une inculte en littérature ou alors on ne lit pas le même répertoire). Bref le sujet était une liste de j'aime/je n'aime pas et nous étions censés faire de même.

Chacun prend place dans un coin confortable, pour ma part je me cale sur un coin de terasse et commence à réfléchir... on va faire simple je livre le résultat tel quel (en mauve les textes que j'ai écris sur place) :

J'aime les macaronis (une dame en avait apporté, c'était le début pour m'inspirer), me poser pour réfléchir, les bruits étouffés, réaliser mes projets, me promener pieds nus,le début, les émotions fortes, l'encre qui coule du stylo vers le papier, les fleurs, les éclats de rire, observer, apprendre, recevoir, le cinéma, internet, l'ambiance d'une bibliothèque, lire, nager, longer la mer en roller, conduire, partir à l'aventure, la campagne, la nature, l'affection, les animaux, voir des gens heureux, les triangles aux amandes, les chataignes grillées, l'accueil de mon chien quand je rentre, l'impressionisme, lire sous la couette, les moments entre amis, les rencontres, faire des nouvelles choses, imaginer la vie des gens, rentrer chez moi après une journée difficile, les lieux solitaires, prendre le temps de faire la cuisine, les voyages en train

Je n'aime pas l'absence, les silences pesants, le retard, décevoir, être dérangée quand je lis ou réfléchisle temps qui passe, la foule, être le centre de l'attention, les fuites dans mon appartement, le café, aller chez le coiffeur, penser à tout ce que je n'aurai pas le temps de faire, les grands magasins, les moustiques, faire du cheval, qu'on ne m'entende pas, parler politique, ne plus pouvoir faire de photos, l'art moderne, l'architecture, le quotidien, l'odeur de la ville, le prix des billets sncf, oublier quelque chose, le rap, qu'on me regarde écrire, un caillou dans la chaussure, ne pas savoir dessiner, porter des lunettes, parler pour ne rien dire.


Commentaires : forcément j'y ai eu droit : on voit bien le côté scientifique, c'est carré c'est direct c'est rapide...
Forcément je me sens mal à lire ça après les autres qui ont fait ça de manière plus fluide, faisant des phrases, entremelant les j'aime j'aime pas et changeant les adjectifs... Sauf que moi j'ai suivi l'exemple du bouquin, je me suis contentée de me creuser la cervelle sur ce que je pouvai dire et pas dire sachant qu'il faut lire son texte à la fin à tout le monde. Bref OK pour un premier essai c'est nul... je ferai mieux au suivant. Ah oui tout ce qu'elles ont retenu c'est le cailllou dans la chaussure, ça leur a plu ça...

Bref après ça petite pause bien sur. J'ai oublié de préciser que chaque séquence d'écriture a duré environ 1h... Enfin de ¾ d'heure à 1h30 pour le plus long, sans compter la séance de lecture ensuite.
Donc nous faisons une petite pause détente avant d'entamer la suite : cette fois pas de séquence de roman, mais une anectode de Virginie (oups je ne sais plus laquelle) sur un bruit de son enfance. Et voilà le thème est lancée, plonger dans sa mémoire pour retrouver les premiers bruits dont l'on se souvient.

Oh là là pti problème technique j'ai po de mémoire moi ! Bon ben on va faire ce qu'on peut. Attention séquence émotion le récit qui suit est un presque vrai souvenir.

Cinq ans, cinq longues années que nous étions partis de cette maison, mes parents, mon frêre, ma soeur et moi.Au cours de cette parenthèse, nous avions évcu en appartementn chacun s'adaptant à sa manière à un autre type de vie. En partant nous avions un teckel, qui n'a pas suivi notre route, en revenant un jeune chiot dans nos valises, promesse d'un nouveau départ.
Alors que nous reprenions possession des lieux, je me souviens m'être posée quelques instants, seule dans notre grand salon, et d'y avoir fermé les yeux.
J'étais petite lors de notre départ, à peine neuf ans, c'est déjà grand, et pourtant j'ai peu de souvenirs de mon enfance, comme si le bruit de la ville avait recouvert ma mémoire. J'entends bien le vacarme des voitures assourdis par nos 9 étages, le vrombissement le d'hélicoptère de l'hôpital, le rire de mes camarades de classe lors d'une partie acharnée de billes à la récréation, et durant des années la mélodie de casse-noisette me donnera une subite envie de glace à l'italienne.
Dans cette maison je me sens chez moi, et perdue à la fois.
Et puis, dans le calme retrouvé de ma campagne, un son est là, qui ne m'a pas quitté. Un tac, un silence, un tac, un silence... il y a peu, chaque silence était comblé par l'agitation citadine, même le tac de la comptoise peinait à se faire entendre. Je ne parviens pas à me rappeler de la présence de cette comptoise avant notre départ, mais d'autres sons viennent combler le silence, qui eux réveillent ma mémoire. Peu à peu je me réapproprie chaque grincement de la maison, un plancher qui craque, un placard qu'on ouvre, me permettant à coup sur d'établir la position de chacun des occupants de la maison. Ma soeur est dans sa chambre à l'étage, surement en train de finir de vider ses cartons, toute heureuse à l'idée de ne plus partager son lit avec moi. Ma mère est dans la cuisine et nous prépare le dîner, attrapant une casserole par ci, puisant dans ses réserves par là. Comme elle me paraît petite cette cuisine désormais, moi qui n'était pas plus haute que l'évier quelques années auparavant.
Tiens, voilà un nouveau son qui ne me rappelle rien, un grattement qui pourrait s'apparenter au passage des souris dans le grenier, un frottement sur le sol... et une porte qui s'ouvre par la main enchantée de mon père, livrant passage à ma boule de poil favorite.
Celle-ci m'arrache à ma rêverie en venant se blottir tout contre moi, pour profiter de la chaleur de la cheminée.

Et alors là ça fait plaisir : « je m'excuse j'ai été dérangée par le chien au début du récit je n'ai pas entendu. C'est un déménagement ou un retour dans un lieu connu ?
Waoh... mais qu'est-ce que je fous là ? Bon problème résolu, ça ne vient pas de mon récit mais de ma capacité à me faire entendre... ça fait plaisir... bref voilà on passe au texte suivant, aucun commentaire.

Sur ce la Soiz elle rentre au dodo, mitigée sur son après-midi... mais bon le match à la radio a vite fait de venir emplir mes pensées.

Le lendemain matin... pti dej café thé croissant... vite expédié pour entrer dans le vif du sujet : cette fois nous devons choisir une photo issue d'un repérage de je sais plus quel cinéaste pour je sais plus quel film (toujours autant de culture moi... c'était connu pourtant je crois mais mémoire = 0). Sur la table s'étalent les photos plus sordides les une que les autres, avec une prédilection pour les mamis, les lieux vides (métro, escaliers sombres...) et les poubelles !! Le tout en noir et blanc bien sur.
Les poubelles m'inspirent... particulièrement deux poubelles perchées sur un muret surplombant la ville... thème de la matinée : se laisser raconter une histoire par l'image.
Dommage je n'ai pas la photo pour vous la montrer...

Par ici
Où est-ce qu'on va ?
Sur le chantier, j'ai le pass. Ilsne nous chercheront pas là.
Tout ça pour une miche de pain ? J'ai dépensé plus d'énergie à courir que ce qu'elle va m'apporter.
Viens, on monte. Ils peuvent nous voir ici.

Après avoir gravi un escalier branlant, 4 à 4, je m'écroule le long d'un muret surplombant la ville, le temps de reprendre ma respiration. Mon camarade n'a pas l'air en meilleure forme que moi, le souffle court il est adossé à notre porte de salut, censée nous ravir au regard de nos poursuivants.
Les cheveux en bataille, les mains crasseuses, une allure de titi parisien, il n'a pas changé depuis notre enfance.

J'en ai marre.
Marre ?
Marre de ces conneries, de courir, de se planquer. Elle est où notre île au trésor ? Il est où ce fameux plan censé nous sortir de la misère ?
Calme toi...

Bougon, je jette machinalement un caillou dans une des poubelles servant à descendre les gravats. Marcel reproduit le même geste tandis qu'un silence hostile s'installe entre nous. Notre colère s'évanouit à mesure que le dling régulier de nos projectiles vient frapper la paroi métallique.
Chacun se met à machoner son bout de pain au goût amer, tandis qu'un fumet de pot au feu nous parvient. J'essai de deviner de quelle maison il peut bien s'échapper, mais les façades restent muettes sur les mystères qu'elles renferment. On dit que les murs ont des oreilles, mais ils n'ont pas de bouche.
Depuis le temps que nous habitons ici, je sais pourtant qui habite derrière chaque fenêtre.
En face se trouve justement l'orphelinat qui a abrité nos peurs enfantines. Au dernier étage, sous les combles, il y a la petite bonne qui nous servait à la cantine et venait discrètement nous raconter des histoires le soir. En dessous se trouve le réfectoire : deux longues pièces, une pour les filles, une pour les garçons, où s'aligne une dizaine de lits rarement inoccupés. Enfin, au rez-de-chaussée une salle de classe où nous apprenions, tout âge confondu, ces choses bien inutiles pour un enfant et que l'on regrette tant par la suite.
Derrière ce bâtiment se trouve la voie ferrée, promesse de nouveaux horizons. Combien de fois avons nous parlé de sauter dans le train qui mène vers Paris...

J'entends du bruit.
Quoi ?
Il y a quelqu'un je te dis.
On ne bouge plus !
Vite, l'autre escalier !
La cavalcade reprend. Je jette tout ce que je peux derrière moi pour entraver les gendarmes, nous laissant une bien faible avance.
Comme deux fous, nous déboulons dans une arrière-court d'où partent plusieurs ruelles.

Ils sont là !

Ce ne sont plus deux, mais quatre gendarmes que nous avons aux trousses. Sans se concerter, je connais déjà notre direction. Au loin j'entends justement un long sifflet salvateur. Vite il faut atteindre le passage à niveau. Espérant que ce soit un train de marchandise.
Je ne sens plus mes jambes, mon coeur s'emballe. Il faut tenir.
Marcel saute déjà dans un wagon, se maintenant de toutes ses forces à l'échelle.

Allez Jean ne me lache pas maintenant !

Sans me retourner, je me jette vers sa main tendue.
Les gendarmes n'osent pas nous suivre, ils savent qu'on risque de se rompre le coup à tout instant vu l'équilibre précaire de notre position.
Dans les bras l'un de l'autre, on parvient à grande peine à ouvrir la porte du wagon, pénétrer dans celui-ci, remplit de bottes de foin.
Mon complice s'affale dessus, le sourire jusqu'aux oreilles.

C'est parti pour l'île aux trésors.


Humm en retapant ce texte je me rend compte du nombre d'invraisemblance qu'il y a dedans. Tant pi j'ai dis que je le livrai tel quel.
Commentaires : ah cool elles avaient l'air enchanté, c'est vivant c'est super bravo... suivant.

Enfin après le repas (tss j'suis trop nulle de rien avoir apporté... moi et ma sauvagerie je comptais tranquillement aller me balader dans Arles pendant midi mais on ne quitte pas un groupe d'écriture comme ça ! Ça ne se fait pas...
Et nous voilà l'estomac bien lourd pour entamer le dernier virage : cette fois-ci j'ai noté le nom de notre inspirateur youpiiiiii. Il s'agit de « Crimes exemplaires » de Max Aub.

Un petit exemple du contenu de ce recueil :
« Plutôt mourir! me dit-elle. Et dire que ce que je voulais par-dessus tout c’était lui faire plaisir! »

Voilà le ton est lancé : il y a quelques citations plus longues que je n'ai bien évidemment pas retenu. L'idée est donc de narrer des crimes sous forme de short short story, et des crimes insolites accomplis par agacement, impatience, principe ou charité...
Ben mine de rien ce n'est pas si facile que ça, certaines ce sont éclatées, pour deux autres ce fut très dur... pour ma part voilà le résultat (il fallait en écrire plusieurs ;-)) :

La taupe, taupe-modèle. C'est comme ça qu'il m'appelait tous les matins, lorsque je montai dans le bus, à cause de mes nouvelles lunettes.
Je ne savais pas que les yeux étaient des organes vitaux.

Ça fait des heures qu'elle me tourne autour, me regarde comme s'il n'y avait que moi au monde.
Son intérêt pourrait être flatteur si elle n'avait cette manie de me frôler, un coup la tête, un coup le bras. Je ne supporte pas qu'on me touche.
J'ai tout essayé, je lui ai ouvert d'autres horizons, j'ai essayé de la semer en partant en courrant... Toujours elle revient. Alors brusquement j'ai frôlé l'ensemble de son corps d'un coup de tapette à mouche.

J'étais pleine d'attentions, il me disait attention ; je lui disai n'avoir rencontré personne comme lui, il me répondait qu'il n'aimait que lui ; il m'a répondu qu'il ne voulait pas me retenir, je n'ai pas pu me retenir !

Elle était là, enfin, dans mon garage, flambant neuve. Peinture métallisée, jantes en alu, toit décapotable, lecteur CD et même GPS inclut.
Des mois que j'économisai. Au début je n'osai pas la sortir. A peine les voisins l'avaient-ils aperçu le jour où je l'ai achetée.
Et puis il a fallu aller faire des courses. Je l'ai mise le plus loin possible, là où personne ne se gare.
Sauf qu'il y avait du monde. Pas au point de remplir le parking, mais je l'ai vu cette famille venir là, chercher deux chariots. J'ai vu les deux gamins jouer à la course avec. J'ai surtout vu le chariot foncer tel un monstre vorace vers ma belle peinture neuve.
Mon sang n'a fait qu'un tour, ma voiture demi tout, et j'ai rempli mon congélateur.

Bonjour Saint Pierre.






Commentaires : tu te débrouilles bien aussi en fait. Cool ça veut dire que le reste du WE j'étais nulle...

Voilà fin de l'atelier... Non je ne m'avouerai pas vaincue. A mon avis la formule cours par correspondance me correspond beaucoup plus. Et je vais essayer na ! Euh peut-etre... je me laisse une semaine pour me décider... le temps de voir si j'arrive à bosser un peu tous les soirs... pi zut j'ai que ça à foutre de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chtitesoiz.spaces.live.com
malaulau
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1871
Age : 51
Localisation : Ici
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Mar 9 Oct 2007 - 5:01

Salut sweeton,
ce serait sympa que tu te présentes dans la rubrique prévue à cet effet sinon ton arrivée va passer inaperçu. Donne nous un lien sur le bistrot si tu veux dans ta présentation...
Sinon bienvenue à toi.


Dernière édition par le Jeu 11 Oct 2007 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malaulau
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1871
Age : 51
Localisation : Ici
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Mar 9 Oct 2007 - 5:16

J'aime beaucoup ton "histoire". Je n'ai pas bien compris la chute de la dernière...

J'espère que ton atelier n'a pas été si dramatique que tu as l'air de le dire Wink

Si tu veux mon avis sur ton style. Ben, je te le donne quand même.
Il est sympa, parfait pour des nouvelles. Quelques fautes d'orthographe ou d'inattention mais rien de grave. On en fait tous !
Des soucis avec la typographie. La structure des dialogues, l'ouverture des citations.
Je vais faire un topo sur le sujet. Mais, j'avoue que j'ai beaucoup de trucs en cours en ce moment. Ce sera noté dans la rubrique Conseils.

Bistrot n'est peut être pas l'endroit adéquat pour poster ton "atelier d'écriture". Soit tu le déplaces à brouillons, autres textes soit je le fais.
Car, les gens ne viennent pas ii pour commenter des textes mais plutôt pour papoter de tout et de rien (du match à la radio, par ex Wink ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiluciole

avatar

Nombre de messages : 308
Age : 29
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Mar 9 Oct 2007 - 10:22

J'aurais bien aimé voir la tête des autres participantes...
Perso, j'aime bien ton style, plus adapté aux nouvelles, c'est vrai. Mais c'est drôle et fluide. On se prend au jeu. On se voit au milieu de toutes ces nénettes et on imagine ta tête et surtout la leur... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sweetoon

avatar

Nombre de messages : 22
Age : 35
Localisation : Aubagne (13)
Date d'inscription : 08/10/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Jeu 11 Oct 2007 - 17:28

Bonjour,
Merci pour vos commentaires, je ne savais en effet pas où mettre ce texte.
En revanche je ne sais pas comment le déplacer vers brouillon... je te laisse faire Malaulau sans problème et je vais de ce pas me présenter dans le bonjour.
A bientôt
Sweet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chtitesoiz.spaces.live.com
-[DrIzZt]-

avatar

Nombre de messages : 376
Age : 25
Localisation : mitry-mory (77)
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Ven 12 Oct 2007 - 16:17

j'ai lut, c'est rigolo je trouve

ps; Sujet déplacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malaulau
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1871
Age : 51
Localisation : Ici
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Ven 12 Oct 2007 - 16:20

quoi ps ?
Ben oui je l'ai déplacé ici il était pas là où il fallait. Tu le voulais ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-[DrIzZt]-

avatar

Nombre de messages : 376
Age : 25
Localisation : mitry-mory (77)
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Ven 12 Oct 2007 - 16:33

elle le voulait dans brouillon, je l'ait fait. A moins que je l'ait remis déjà dans brouillon scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
malaulau
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1871
Age : 51
Localisation : Ici
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: atelier ecriture   Ven 12 Oct 2007 - 16:53

ah d'accord ! Je l'avais déjà déplacé. Tu n'as pas vu le suiveur ? Bon ce n'est pas grave.

J'aime beaucoup la façon dont le texte est écrit comme une confidence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: atelier ecriture   

Revenir en haut Aller en bas
 
atelier ecriture
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Creer un atelier d'ecriture?
» Atelier d'écriture de Septembre-Octobre 2013:propositions et avis...
» Défi écriture 7 : Minuit l'heure du crime (février)
» ATELIER D'ECRITURE
» Atelier d'écriture de Mai/Juin 2012 : Proposition de thèmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Idées et créations de livres :: L'Atelier d'écriture :: Les brouillons-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com